Où il est question de pur et d’impur

Voyez comme le sujet est d’importance. Que la confiance repose sur cette notion de pur ou d’impur, que le soupçon s’y glisse, ou s’efface. Que cela nous unit ou nous sépare. On en revient toujours à la culpabilité et à l’innocence, au jugement et par conséquent au rachat ou à la sanction. Ce mot, d’ailleurs, fait penser à sanctus. Au fondement saint ou non des mondes. Dans un monde, un universel saint, comment le non-saint pourrait-il avoir droit de vivre ? Il aura beau réclamer, le monde restera sourd. Or ce monde semble régi par tellement d’absurdes, ou d’arbitraires, de dictatures, et de cris allant en tous sens, ce qui fait que plus personne ne s’entend plus tellement le bruit est fort, et dévastateur dans les postes qui les émettent, et les récepteurs qui les reçoivent.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.