Degrés d’amour

S’il y a l’homme et la femme, le mâle et la femelle, il y a l’homme dans la femme et la femme dans l’homme. Un homme n’est pas entièrement mâle, une femme entièrement femelle. Si c’était ainsi, il n’y aurait rien de commun entre les deux. Que pouvons-nous affirmer de la nature du mâle et de la nature de la femme ? Que les deux sont issus d’un Même. D’une même Nature. D’une unité ou de l’Un ? Ne serions-nous que poussières ? Notre existence serait sans intérêt. L’existence en tous lieux n’aurait aucun intérêt. Rien n’existerait qu’un agrégat de poussières, parfois accolées, parfois dissoutes. Comme des choses se combinant et se défaisant. Tout ceci n’a pratiquement aucun sens. Tout serait possible et incohérent. C’est bête, mais nous ne sommes pas uniquement un corps, de même que nous ne sommes pas de purs esprits fantômes. Nous sommes dans une relation. Une respiration. Tout comme nous sommes dans un désir. Celui-ci ne peut pas être désir de la chair détaché de l’esprit.
C’est comme si nous avions en présence à la fois cette Matière Mère, et cette Matière Esprit. Comme si nous avions un Esprit qui pénètre la Mère, et une Mère qui couve l’esprit. Tout cela étant très fécond.
Fécondité de la terre mais aussi du cosmos, c’est à dire de tous les éléments en poussière. Allant en tous sens, mais pas n’importe comment. Le mouvement des mondes n’est pas chaotique. Ce qui serait chaotique c’est d’aller dans un seul sens obligé. Dans une dispersion en poussières.
La fécondité en Esprit est aussi importante que la fécondité des corps. Il peut y avoir fusion des corps à condition d’une fusion des esprits, même si cela n’émerge pas totalement à la conscience, du moins cela éveille et transforme nos corps. Ou notre conscience, c’est selon…
Vous pouvez dire : Dieu, c’est l’univers, vous êtes « un » avec les Univers. Vous ne pouvez être séparés de l’univers. Mais lequel ? Celui en poussières sans aucune conscience ou celui qui a la conscience du Même être et qui vit dans cette conscience.
Parce que, entre parenthèses, quand on fait l’amour, on touche tout de même à la conscience de l’autre et l’autre de la notre. Nous retrouvons un peu cette Unité essentielle.
D’où les degrés de l’Amour éveillant les consciences.
Vous savez tout cela.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.