Face à l’horreur

Quelle histoire !
En quoi consiste ce scénario, ce jeu ? Nous sommes des milliards dans une situation plutôt délicate, à tous niveaux scabreuse, sans savoir de quoi demain sera fait. Comme si nous étions abandonnés au milieu de nulle part, naufragés intergalactiques. Ça crie partout, ça hurle et ça brûle. On entend tout et son contraire. On se déchire et on se tue, pour un oui ou pour un non. Dans ce chaos installé les hommes apeurés cherchent ce qui peut les rassurer ou les protéger. D’autres veulent instaurer un gouvernement mondial qui serait sans partage et sans discussion, impossible à remettre en question. Figure patriarcale. Une autorité mâle, violente, inflexible, un glaive s’abat sur nous, avec ses lois et sa force. Nous ne pouvons plus bouger. Ni émettre le moindre doute de ses vérités énoncées. Figure du Père. Mais ce n’est pas le Père. Ce n’est pas dans l’Esprit du Père, mais dans l’esprit en révolte contre lui. Ce qui fait que les hommes et les générations s’enfoncent inexorablement vers le pire, vers cette boue infâme et assassine des âmes, de l’âme de la terre. S’il n’y avait des hommes et des femmes conscients de l’enjeu et de l’absence de protection. Cette protection n’est pas un gris gris protecteur comme un philtre opposé aux forces du mal, non, cet Esprit protecteur ne peut rien pour nous si nous n’y sommes pas, dans cet Esprit. Si nous ne le servons pas de façon lucide et volontaire, active, sachant de quoi il en retourne. Exactement comme si dans son négatif nous étions des mauvais esprits, des êtres nuisibles pour les uns et les autres. Voilà pourquoi nous ne pouvons être qu’avec lui sinon nous sommes contre lui.
Il s’agit donc de passer de l’autre côté si nous n’y sommes pas, et à ce moment là tout s’éclaire. Pour ceux qui y sont déjà, il est quasiment impossible de retomber. Cela ne leur épargne pas la souffrance, mais il n’aggravent pas les choses en voulant se venger et dans la haine. Ils la savent inutile. Ils savent que leurs ennemis sont dans cette haine secrète. Au fond de ces eaux noires. Comme ces cohortes des morts n’ayant pas réussi à franchir les eaux du même nom.
Vois là aussi cette idée de la résurrection des morts. Ces âmes revenues à la lumière. C’est toute l’histoire qui remonte à la surface.
Nous respirons.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.