Ce qui divise

Pour qui se lance dans cette aventure et cherche le sens de cette existence, il n’est pas pensable de ne pas tomber sur une foule d’informations étranges, anormales, surnaturelles, parmi tous les écrits, en plus de tous les éléments contradictoires de la raison. Il y en a des quantités invraisemblables, plus ou moins crédibles, ce qui fait qu’on ne s’y retrouve pas. Que reste-il alors de tous ces écrits irrationnels ? Des témoignages. Mais aucun ne peut servir de preuve. Du moins pour les autres n’ayant jamais vécu ces phénomènes bizarres. Cela ne sert que celui qui les a vécu. Ce n’est pas sûr, non plus. Il reste des traces. Confuses, mais tout de même.
On vit un moment où les choses nous sont montrées comme étant absolument banales, bassement matérielles, explicables. Obéissant à des lois connues, sans exception possible. Des lois physiques, chimiques, biologiques, mathématiques inflexibles. Dans un sens, heureusement qu’il en est ainsi et que nous ne vivons pas comme dans nos rêves ses événements élastiques, ce serait perturbant.
Le réel « normal » étant suffisamment mystérieux, qu’en rajouter ne résoudrait pas nécessairement la question.
Pourquoi donc s’en présentent-ils toujours qui nous touchent ? Des hasards, des signes, en plus de tout ce qui émeut en bien comme en mal, des bonheurs et des malheurs, de la beauté et de l’horreur. Des événements imperceptibles dans un océan de normalité. Pas un seul, mais plusieurs, comme des clins d’œil énigmatiques.
Tout à fait discrets. Secrets.
L’inverse serait douteux. Troublant profondément notre existence qui a besoin de stabilité, de cohérence, de constance et de raison. Ces signes et ces hasards, ces choses bizarres ne peuvent pas faire office de loi commune à l’humanité dans son ensemble, ne trouvent pas de réponse évidente. Les nier ne nous éclaire pas, puisqu’il s’en présente toujours qui défient la raison.
Non, ce qui est très étrange, c’est cette folie qui guette le monde entier, comme si cette terre avait précisément perdu la raison à force de vouloir tout rationaliser, normaliser, ou imposer sa loi unique à l’ensemble, de façon totalitaire.
En oubliant toutes les autres façons de vivre, de croire ou d’orienter son existence selon son esprit propre. Selon ses signes reçus.

La question demeure secrète, la réponse personnelle. Nous avons en commun cette façon de parler et d’entendre, de nous croire, de nous aimer. Très fragile union entre les hommes.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.