Effacez tout, rien ne va plus.

Comme si vous pouviez, ce serait trop facile. Ce qui a été fait ne peut être défait, ce qui a été dit, non plus. Ça peut être bien, peut-être mal, cela nous a fait, nous a construit ou nous a détruit, nous fit souffrir ou nous fit grandir. La question qui demeure, c’est celle de savoir si nous allons nous en sortir vivant, dans un jardin vivant, un éden ou broyés à jamais. Que veut dire vivant ? Faut-il savoir ce qui est mort pour se savoir vivant ? La mort n’est pas un spectacle devant soi. La mort est en soi. Comme un verbe sans nom. Sans visage et sans voix. Larvaire. Assassin des âmes.

Quand vous parcourez les nouvelles du monde, les interdits et les lois arbitraires que des gens en costume gris édictent, ce sont des couperets, des lames sur les âmes encore vivantes, afin de les annihiler, de les tuer. Vous ne pourrez jamais tuer Dieu le Père, Dieu le Fils, vous ne ferez que vous blesser gravement, vous aurez bien du mal à vous soigner des blessures infligées qui vous blessent par ces propos inconvenants, déplacés ou ignorants. Mais si vous savez, en faisant semblant de ne pas savoir, alors là c’est autre chose, comme un vice. Une larve que vous alimentez. Impardonnable. Il n’y aura que vous pour vous racheter, pour racheter votre âme perdue. Rien ni personne ne pourra pour vous. Vous vous enfoncerez dans ces sables mouvants de vos orgueils démesurés, de votre esprit habité par le Serpent. Cela ne concerne pas le humble, ni le bon, nul homme de bonne volonté, ou ayant encore quelque doute de lui-même. Ça concerne ceux qui se servent de l’anonymat de la Machine pour dicter leur loi morale assassine. Ceux qui enferment le monde et le disent ouvert, ceux qui prétendent soigner alors qu’ils affectent le monde et le minent. Ça ne passera pas. Cela ne peut passer. Le tri de lui-même se fera entre les morts et les vivants.

Je préfère me tenir près des vivants, et laisser les morts. Comprenez, voyez, entendez en vous ceux qui furent vos vivants et ne sont pas morts, ne confondez pas, laissez vos morts en paix, tout ceci a été mille fois dit et redit, de toute éternité.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.