Ange ou démon

C’est terrible, tout ceci, si c’est terminé. N’aurions-nous jamais moyen d’échapper, ou de trouver notre rachat, de rester démon à jamais ? non, ce n’est pas possible, il doit y avoir, il faut qu’il y ait une issue, une épuration de tous ces maux engendrés. Certes, nous en paierons le prix. Nous avons une dette impossible à faire porter à autrui. L’innocence, la faute, tout cela est à nous, et chacun en a sa part, d’ange et de démon. Celui-ci, cette inconscience au fond de son trou noir, ne sait pas qu’il sert l’ange, ou dieu même par ses anges, il ne sait pas non plus qu’au lieu de laisser Dieu opérer il aggrave sa condition, son mal au fond de sa nuit, dans cette vengeance humaine, au lieu du pardon. Parce qu’il n’y a que Dieu* qui puisse juger. Et comment dire, faire que nous nous jugions nous-mêmes en vérité. La justice divine, la carte 8 du tarot, est inflexible,comme son épée. Nous, dans nos jugements et sanctions, ne pouvons pas savoir, de façon absolue si dans le châtiment nous ne commettons pas du mal à notre tour. Comment faire donc, si ce n’est de voir en soi, le mal profond qui nous mine, abyssal ? là, tout s’éclaire.

***

Quel est donc cet Amour de la guerre, cette envie de tuer et se venger ? Cela remonte aux origines, il n’y a pas d’autre cause. Nous avons dû mourir quelque part pour venir dans ce corps. D’ange devenir chair mortelle et souffrante, en proie à toutes ces choses sombres mêlées de plaisirs, de déceptions, d’espoirs trompés, d’amertumes, corps ambigus, mélangés, troublés, malheureux. Tombés dans le mal. Bêtises, méchancetés, haines, et amours, quelle purée dans nos têtes, nos mots et nos pensées, nos sentiments contradictoires. Et que dire du Monde entier dans sa folie collective qui nous happe et nous fait succomber.

***

Et puis, il y a celui qui se croit innocent, mais qui n’est que le pion d’un égrégore fantôme du Pur, se sent investi de la mission de rendre justice, des maux patents du monde, sans en connaître le moindre ressort initial, comme un médecin ignorant impose ses poisons et génère d’autres maux.

On n’en sortira pas, avec ces bagages pesants du passé. On en sortira que par le feu. tout comme il y eut des déluges, mêmes mythiques, symboliques forts pour notre esprit, ayant besoin de cela, comme de l’eau.

Ignorez-vous que Jésus baptisait par le feu du Saint Esprit ? Ce feu n’était pas pour faire mal.  » On ne baptise pas pour faire mal. »

Il ne s’agit pas d’un Feu nucléaire.

Nous, ce qui est possible pour nous, exclusivement c’est de pardonner aux autres des fautes humaines, pour nous délivrer déjà de ce poids et ne pas en rajouter en pensant faire Bien.

Notre faute essentielle, personnelle, n’est pas pardonnable. C’est notre face à face avec notre ange, si vous voulez. Ou le rachat de notre âme.

Si vous comprenez cela, vous verrez que les fautes humaines ne valent pas damnation éternelle.

*

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.