Deux choses ou deux êtres

Pour prolonger cette méditation sur ce Deux, dans un seul, voici.

Nous, puisqu’il s’agit de nous, qui sommes en Jeu et Enjeu dans ce jeu, nous ne savons être que deux, distincts, et uniques à la fois. Étonnante contradiction en nous-mêmes.

Unique et incomplet. Aimant ou mal aimant, boiteux. Mettons que nous aimions, pour le mieux, ce qui en soi ne serait pas si mal. Mettons.

Il se trouve que nous avons une Nature mâle et une autre femelle, que nous avons par conséquent, un aspect créature et un autre créateur. Géniteur et génitrice. Engendré par la Mère. Serions-nous sans Père ? s’il n’y a de toute éternité que la matière, que la Mère.
Les Esprits ne seraient que des fonctions au sein de la matrice mathématique créatrice.

Ce n’est pas tout à fait ce que les spiritualités nous enseignent. Elles accordent à l’Esprit une existence propre, et vont jusqu’à l’assimiler à Dieu, Pur esprit. 

Il y a une sorte d’opposition frontale entre matérialisme et spiritualisme, pour ne pas dire entre Patriarcat et Matriarcat, cela compris en dehors des catégories sociologiques, ou des faits de société. Père céleste ou Mère céleste, retrouvant dans l’humain deux genres, père ou mère, en désunion ou en union.

Ou les deux ? 

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.