Du jeu, suite.

Gagner, perdre, quel est le but du jeu ?

De l’enfance à la vieillesse, il y aurait pu y avoir continuité dans cet amusement loin d’être gratuit et stérile, sauf qu’avec l’âge, la maturité, les jeux ne seraient plus les mêmes, ils seraient, disons, plus spirituels, moins corporels. Tout en étant aussi joyeux.

Ceci n’empêche pas la mélancolie, et le sérieux.

Mais ce monde n’est ni sérieux, ni joyeux, il est affecté. Possédé, sous emprise.

Ce n’est plus du jeu.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.