Du Jeu

Enfant, tout était jeu. Jeux de billes, d’osselets, jeu de calculs et d’écritures, dessins, couleurs, pâtes à modeler, tissages, courses et batailles sans violence dans les bois. Les mains, le corps, la tête, tout se développait sans ces écrans, ces murs, sans ces images et volontés de tuer son adversaire. sans hémoglobine. Parfois, souvent même ça saignait, et on revenait à la maison avec des bleus sur les jambes ou à l’œil.

Vieux, où sont vos jeux ? Qu’est-ce qui s’est éteint au cours de ces temps où vous avez accepté ces lois et ces faussetés du monde de l’argent, de la convoitise, de la rancœur, des ressentiments accumulés, des frustrations, où vous avez plongé et succombé dans cette boue sans innocence ?

 

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.