Combat

La vie est un combat… et un repos. Si elle n’est que combat, elle en meurt, et si elle n’est que repos elle ne vit pas. Le combat mâle n’est pas le même que le combat femelle. Il y a cependant toujours deux camps, on choisit le sien. On ne peut guère se trouver des deux côtés. C’est parce qu’on est d’un côté qu’on comprend l’autre côté, et non en se situant entre les deux. Même l’amour est une lutte exigeante. L’amour se prend et se donne. Rien n’est acquis.

Voyez, ce corps, séparé. Ce corps d’Homme contenant des possibilités à la mesure des univers. À quel niveau regagnons nous l’universel ? Il faut qu’il soit pensée, inspiration expiration, pulsation vibration sur nos cordes qui s’accordent aux rythmes.

Nous sommes un corps multiple ayant chacun un corps unique, méconnaissant la nature de notre corps, ou faisant connaissance avec ce corps à recomposer. Cela selon ce que nous vivons sur terre. L’objet de l’existence n’est pas la décomposition. Ce qui se décompose, se désagrège, se dissout ou se disperse, pourrait-on dire s’anéantit dans la poussière, l’insignifiant, cela ne vaut pas la peine de s’y pencher, sauf si nous y puisons notre unité essentielle. Mais je n’y crois pas, nous n’extrairons rien du néant, ou du vide abyssal. Nous ne trouvons notre humanité que dans l’humanité, et dans la terre, corps vivant.

La vie n’est pas vraiment un jeu, si nous ne sommes pas dans le jeu, si nous ne prenons pas la mesure de l’enjeu qui se joue. Comme c’est triste ces gens qui jouent de l’argent comme seul enjeu d’existence. C’est comme de remettre son destin entre des mains du hasard, et penser qu’en allant parcourir les univers profonds vous alliez rencontrer la fortune ou des êtres vivants.

Voyez aussi la Terre endommagée, livrée à la férocité des machinistes puissants, et ravageurs vengeurs. Ceux qui voulurent faire table rase, dans leur folie.

Que reste-t-il ? De la poésie méconnue, qui demande à vivre, des images d’autres plans d’existence, des chants, des gens, des échanges et des présences, afin de pouvoir agir convenablement. L’acte est la résultante de toutes ces pensées. Et de ces amours ayant combattu.

Ceci dit… cela ne dit presque rien.

Je pense à cette histoire de pénétration, dans le camp de l’autre.

1

1 réflexion sur « Combat »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.