De la légèreté de la plume

Légère la plume
élève l’âme
au lieu où tu renais.

Seule elle sait
de ses doigts fins
tracer sur ton corps
les lignes heureuses
l’accord parfait
du jour et de la nuit
sa respiration.

Nous avons été chahuté
sur les vagues d’effroi
plus que de raison
nous avons pris
nous avons rejeté
bercés entre les erreurs
les vérités
les zones d’ombres
et les fulgurantes
lumières
comme entre les rochers divers,
les doutes, les certitudes
la beauté les laideurs
les bruits et le silence.

nous avons honoré Dionysos
dans nos rires et nos colères feintes
et soulevé les masques de nos faces amusées.

l’aventure humaine inépuisable
telle la coupe débordante
Du Graal.

Que c’est drôle quand tous les temps se rejoignent
à la croisée des mémoires, on dirait un grand livre
écrit par une plume légère.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.