Qu’avons-nous donc à faire ici ?

Nous n’aurions qu’à retrouver le chemin qui nous mène à notre âme oubliée, défunte ou endormie, en nous repérant parmi les vagues et les dunes, les rochers et les arbres, comme si c’était la vérité énoncée un jour que nous avions pris pour le dernier, le mot définitif dit par la personne posée au rang d’icône, de sacrée.
La hiérarchie, le service secret.

Ce serviteur nous ranime, nous motive pour que nous nous engagions dans cette quête du lumineux Mystère, que nous le sachions, ce qui est amplement suffisant pour franchir les grandes eaux sublimes et effrayantes, après avoir tissé les multiples cocons de nos existences.

Les images depuis la nuit des temps, les paroles le plus pures, prophéties et messages, viennent du sommet des montagnes. Nous appartiennent-ils ? Ou ne sommes nous que corps témoins remontant à la source comme le saumon la rivière ?

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.