De l’aventure

Nous ne sommes pas normaux. Rien n’est normal en nous. De l’ennui à la passion, du morbide à l’héroïsme ou au courage, tout exprime cette liberté et ce vide impossible à combler qui nous saisit, ou le doute, qui nous pousse à résister contre vents et marées, et faire tous ces efforts pour survivre. Ceci est particulièrement éloquent sur ces terres d’Amériques, où les hommes se sont battus aussi violemment, pour toutes les causes possibles et inimaginables, pour vivre toutes sortes d’expériences au prix de leur vie, jamais confortables. Combien en sont morts, et combien sont tombés dans la pauvreté extrême, ou la déchéance, ou encore n’ont jamais hésité à écraser d’autres hommes pour arriver à leurs fins ?

Cette soif de vivre, de goûter à tous les fruits, défendus ou non, c’est inscrit en nous, plus fort que tout. À cela s’ajoutent les passions. Comme si certains d’entre les hommes avaient besoin de brûler de son feu, et n’acceptaient pas la fadeur des jours et la médiocrité de leur existence. Même le suicide est inhérent aux hommes, et rien qu’à notre espèce spéciale maladive, qui jette sa dernière carte pour un voyage aux limites. Ce qui se font hara-kiri pour l’honneur, ou parce que la bourse chute et les ruine, pourraient vivre, nul n’irait les condamner à mort. Non, il y a quelque chose de puissant dans la psyché et qui nous pousse à lutter, et jamais se résigner à la vie facile, l’existence dans un sel devenu fade.

L’aventure intérieure n’est pas sans péril. Elle est dans un sens une aventure extérieure, dans les profondeurs de la psyché en accord avec elle-même, en des lieux tenus secrets. De même que l’aventure extérieure, les combats dans le monde, et face aux autres, dans ces jeux dangereux de toutes les passions et les poisons, de toutes ces idées et vertus défendues becs et ongles, des désirs mêmes, comme celui de simplement traverser les mers sans certitude d’arriver à bon port, tout cela c’est humain depuis les temps que nous sommes des hommes.

On en a fait tellement d’œuvres et de récits autour de ces figures, qui servent de modèles aux générations suivantes, et les inspirent, en bien comme en mal.

Comme si nous pouvions nous en passer et nous en tenir à l’existence popote.

 

 

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.