Acter

Nous ne pouvons pas nous satisfaire de mots, de paroles ou d’écritures, de même de lectures ou de films, tout doit prendre corps, se construire, chimiquement parlant, géométrique et magique. C’est rude. Cela ne peut pas ne pas nous brûler les ailes, et nous épuiser, de devoir se trouver si souvent près du précipice, engoncé dans ce corps qui encaisse les coups du temps. On est toujours plus ou moins cloué. Retenu dans l’indicible, l’inexprimable de ces tempêtes intérieures. Puis, parfois vient le moment d’une délivrance. Comme d’une guérison. Parce que nous en avons fait la prière, et l’avons appliquée.

Ce sont les actes qui ont valeur et moins les mots. Ceux-ci néanmoins, étant des actes.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.