Nadja

On peut orienter sa vie, selon sa volonté. Ça dépend de ce qu’on entend par là. On parle d’amour, on loue l’amour comme vertu cardinale. Mais aime -t-on volontairement ? On dit « c’est plus fort que moi », dans la répulsion ou dans l’attachement irrépressible. Comme si nous n’avions nulle prise sur nos affects, nul moyen de les orienter. Nous serions alors bien fragiles dans la tempête. La volonté, ça se veut, comme un vœu, une prière, adressé à soi-même. Il ne s’agit pas de plier l’autre à sa volonté, parce que là nous outrepasserions nos droits. Tout ça pour dire quoi ? pour questionner aussi la nature de l’amour, entre autres choses. (si l’amour est une chose)

Malgré cela ou à cause de cela, la vie est étrange. Comme si nous étions étrangers à la vie, et que nous devions aller quelque part. Et que, pour cela, il existe plusieurs voies, très dissemblables. La folie, par exemple, dans laquelle nous pourrions succomber, nous enseigne. Tout comme la sagesse peut également nous aveugler.

Ceci dit, on n’est pas obligé d’aimer, tout le monde, tout le temps, indifféremment. On aime aussi parce qu’on a choisi, et puis fait croître l’amour, en dépit de nombreuses folies.

Faut que je relise Nadja.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *